Partie 2 : Corps humain et Santé

B. Les réflexes, des réactions à des stimulations de l'environnement

L'exécution de mouvements nécessite la contraction de muscles précis. Cette contraction est toujours commandée par le système nerveux central, mais les mouvements réalisés peuvent être :

  • volontaires : précédés d'une intention d'exécuter le mouvement

  • involontaires et automatiques (sans intention de les exécuter) : ce sont les réflexes.

Un réflexe est une réaction motrice involontaire, stéréotypée en réponse à une stimulation qui peut-être d'origine diverse (piqûre, acidité, décharge électrique, brûlure...).

Le déclenchement d'une contraction involontaire d‘un muscle déclenchée par son propre étirement est appelé le réflexe myotatique (rotulien ou achilien). Ce type de réflexe est impliqué dans le maintien de la posture. C'est un outil de diagnostic permettant d'apprécier le fonctionnement du système neuromusculaire.

L'ensemble des différents acteurs intervenant lors d'un réflexe myotatique est appelé arc réflexe myotatique. Il est constitué :

  • de récepteurs sensoriels transformant le stimulus en un message nerveux

  • de fibres nerveuses sensitives transmettant les messages nerveux du récepteur sensoriel aux centres nerveux : ces messages sensitifs sont dits afférents.

  • d'un centre nerveux (la moelle épinière) traitant les messages nerveux afférents.

  • de fibres nerveuses motrices transmettant les messages nerveux du centre nerveux aux effecteurs : ces messages moteurs sont dits efférents (porteurs d'ordre).

  • d'un organe effecteur (le muscle) dont les fibres reçoivent le message nerveux moteur, et en se contractant, produisent la réponse réflexe.

Circuit général d'un réflexe
PrécédentPrécédentSuivantSuivant
AccueilAccueilImprimerImprimerRéalisé avec Scenari (nouvelle fenêtre)